• Un outil de production d'écrit

    Pour permettre aux élèves non lecteurs, non scripteurs de produire de l’écrit en autonomie, j’ai mis au point un outil. Celui-ci est composé d’étiquettes répertoriées dans une boîte de bricolage à compartiments. 

    Sur chaque étiquette, on trouve un dessin ou pictogramme (pour cela, j’utilise la banque de pictogrammes Arasaac) et le mot correspondant. Le mot est écrit en police Arial taille 18 et en cursif (pour la copie), le tout en opposition syllabique (cf la méthode d’imprégnation syllabique de Garnier-Lasek). Pour faire bref, l’opposition syllabique permet à l’enfant de mieux segmenter le mot. En effet, plusieurs de mes élèves ne parviennent pas à se repérer dans le mot entre les syllabes de 2, 3, 4 lettres (ou plus). Cette méthode permet de simplifier la lecture car l’enfant sait qu’il lit d’abord la syllabe rouge, puis la bleue en alternance, les lettres grises étant muettes.

    De plus, au fur et à mesure de l’utilisation du matériel, j’ai apporté des modifications. Par exemple, beaucoup d’enfants dysphasiques ont tendance à oublier l’emploi du déterminant devant le nom. Pour leur y faire penser,  j’ai placé devant chaque nom un rond de couleur (bleu pour un masculin et rose pour un féminin… oui, je sais… et la théorie des genres madame ? Ok, ok, je suis d’accord ! En attendant, c’est bête mais ça leur parle et ça marche.) Et donc, derrière les déterminants, le même rond (avec 2 ronds pour  les déterminants « mixtes » et les pluriels). Comme ça, les 2 ronds doivent se toucher…

    Je rajoute également un code pour les verbes : comme je les laisse à l’infinitif (je ne vais tout de même pas faire une carte pour chaque forme conjuguée), je souligne la terminaison, ils savent que c’est la partie qui doit changer et iront se référer à un autre outil (que je présenterai plus tard) pour conjuguer. Par ailleurs, les cartes verbes sont encadrées en rouge (code couleur pour la grammaire).

     

    Bon, ok, ça paraît un peu complexe comme ça, je vous laisse voir ce que ça donne. C’est du boulot, mais ça ne se construit pas en un jour, l’approvisionnement est progressif et réalisé en fonction des besoins des élèves. Les étiquettes sont plastifiées pour une utilisation dans le temps (prévoir un budget plastifieuse... ;-) ).

    Un outil de production d'écrit

    Un outil de production d'écrit

    La production de phrase peut donner quelque chose de cet ordre: 

    Un outil de production d'écrit

     

    Quelques étiquettes-mots disponibles ici.

    « Suivre les élèves sur TwitterConjuguer avec une aide »
    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Margo
    Samedi 4 Janvier à 12:49

    Bonjour, 

    Je découvre votre blog qui est une mine d'or pour une débutante ULIS comme moi , merci! Savez-vous où l'on peut trouver une banque d' étiquettes mots- pictos histoire de pouvoir commencer ce travail rapidement en classe ?

    Merci à vous et bonne journée

      • Samedi 4 Janvier à 13:10

        Bonjour,

        à ma connaissance il n'existe pas d'outil avec mot et picto tout fait. J'ai publié quelques étiquettes dans l'article "étiquettes de production d'écrit". Après, si tu es formée Makaton, il y a les pictos Makaton sur un logiciel qui s'appelle Mopikto et qui te propose automatiquement un picto dès que tu tapes le mot sur le logiciel de traitement de texte. En revanche il est assez cher et n'est accordé qu'à ceux qui ont été formés... 

        Bonne continuation.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :